Vous êtes ici

Abo

vatican

Nicolas Sarkozy

vatican
Benoît XVI reçoit
Nicolas Sarkozy
Rome Poignée de mains chaleureuse entre le souverain pontife et le président français. (keystone)
«C'est très émouvant pour moi d'être reçu par vous, très Saint-Père». En visite officielle hier au Vatican, le président français Nicolas Sarkozy a eu une audience avec le pape Benoît XVI, qu'il rencontrait pour la première fois. «Merci de me recevoir», a déclaré au pape le président français, très souriant et visiblement ému, à son arrivée solennelle dans le bureau du souverain pontife où l'escortait une haie de gardes suisses.
Nicolas Sarkozy et Benoît XVI se sont entretenus en tête-à-tête en français («Je l'ai appris à l'école en Bavière», a précisé Benoît XVI). Malgré la solennité du moment et bien qu'à quelques centimètres du pape, Nicolas Sarkozy a subrepticement consulté un message sur son téléphone portable, a constaté l'agence Reuters. Le président a ensuite visité la basilique Saint-Pierre où il s'est recueilli devant la tombe de Jean Paul II. Comme c'est l'usage pour un président de la France, «fille aînée» de l'Eglise, Nicolas Sarkozy a été fait dans l'après-midi «unique chanoine honoraire» de Saint-Jean-de-Latran, un titre conféré au souverain ou président français depuis Henri IV.
Cet honneur remonte à la conversion du roi protestant au catholicisme (1593) après qu'il eut décidé d'offrir les revenus de l'abbaye de Clairac (Lot-et-Garonne), au chapitre (ensemble des chanoines) de la basilique Saint-Jean-de-Latran. Nicolas Sarkozy a expliqué avoir accepté ce titre parce que «je veux interpréter la modernité de la France à travers la tradition».
Président d'une république laïque, Nicolas Sarkozy a plusieurs fois mis en avant son appartenance au catholicisme. Il a qualifié de «déterminante» la part du christianisme dans l'identité nationale française. Le pape Benoît XVI, qui avait apprécié la défense des valeurs traditionnelles, notamment familiales, soutenues par Nicolas Sarkozy pendant sa campagne, avait salué sa victoire, au soir du 6 mai. /ats-afp
Mots clés: Monde